Rechercher

Le silence de sociétaire


LE SILENCE DE SOCIETAIRE : expression du langage du théâtre


Qu’ils sont cabots ces comédiens ! A quel point ils se nourrissent de ces instants passés sur les planches, combien ils goûtent et se délectent jusqu’à s’en repaitre de ces secondes d’éternité, seuls face au public, sous les feux de la rampe à pérorer, à déclamer, à dire sans jamais se soumettre. Parfois les vieux briscards et notamment ces stars du Français, le joli nom de scène de la Comédie Française, en font des tonnes, marquent des pauses au milieu de tirades pour immortaliser leur prestation d’un fugace sentiment d’éternité. En expirant ils trouvent l’inspiration. Ils exhalent leur verbe. « Contemple-moi auditoire conquis ! » pourrait-on presque entendre dans leur souffle. Bref, ils en font des tonnes. Le fameux silence a été qualifié de silence de sociétaire.


Le silence qui suit du Mozart, c’est encore du Mozart disait Sacha Guitry. Ah, le silence…


Savez vous pourtant, chères lectrices et chers lecteurs, futures oratrices et futurs orateurs, à quel point le silence est important dans un discours. Il vous permet de respirer, de poser une situation, de bâtir une idée, d’accrocher votre public, de l’embarquer. Le silence s’incarne, le silence se vit.

Il est d’or, ne dit-on pas ?

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout